Pourquoi est-ce si difficile de lâcher prise? 

J’avais commencé à rédiger cet article il y a quelques mois en arrière, un matin sur les coup de 6h, réveillée par tous les tracas du quotidien. Non satisfaite de mon brouillon, je l’avais laissé de côté en attendant une nouvelle inspiration. Et puis ces derniers jours j’ai réfléchi à un article « adapté » au contexte actuel, qui vous serait utile à vous tous, coincés chez vous pendant encore quelques temps. Et j’ai donc repris mon brouillon afin de pouvoir vous donner des pistes pour lâcher prise sur la situation. 

 

Tout d’abord, ce que signifie lâcher prise

 

Avez-vous déjà entendu une personne vous dire « te prends pas la tête comme ça » ou « ouhlala tu penses beaucoup trop » ou bien encore « je vois pas pourquoi tu en fais tout un drame » ? Si c’est le cas, c’est que vous faites partie comme moi des personnes qui ont du mal à lâcher prise. 

En d’autres termes, c’est réussir à prendre du recul sur une situation, c’est savoir prendre de la distance afin de relativiser et se dire que finalement ce n’est pas si grave. 

En soi, cela paraît plutôt facile. Pour certain, ce serait presque inné. Alors pourquoi est-ce plus difficile pour d’autre ? Ou plutôt, pourquoi est-ce si difficile dans certaines situations? 

 

L’exemple du ménage

 

J’avais réfléchi au début de la rédaction à un exemple anodin mais qui prenait parfois chez moi une énorme proportion par moment: celui du ménage. Bien sûr, en le relisant, j’avais pensé à prendre celui du coronavirus mais je préfère garder mon exemple car je veux que cet article vous soit utile, même si nous ne sommes plus en temps de confinement. 

Donc, partons du principe que j’adore avoir une maison propre et bien rangée. Dans mon idée en effet, c’est de cette manière que je défini une belle maison, qui soit accueillante et qui donnerait envie à mes amis de venir pour un repas ou à ma famille de me rendre visite. Vous me direz, ce n’est pas forcément le cas mais c’est cette idée qui me pousse à faire régulièrement du rangement et du ménage donc je n’ai pas forcément envie de la laisser tomber, et puis vous verrez que ce n’est pas le but ici. 

Cependant, quand je considère que ma maison est sale ou mal rangée, cela peut me rendre triste, voire contrariée et je sens également un léger sentiment de honte au fond, celui de ne pas réussir à garder ma maison propre alors que ça paraît tellement facile chez tout le monde. Ce besoin de faire le ménage peut donc à un moment se transformer en réelle obsession car si je ne le fais pas régulièrement, je verrais ainsi le bazar s’accumuler et ces émotions négatives débarquer dans mon esprit, ce qui, bien sûr, n’est pas ce que je recherche.  

 

Lâcher prise est-ce abandonner? 

 

Si je continue à faire du ménage en me basant uniquement sur les émotions négatives que je ressens ou risque de ressentir si je ne le fais pas (pour rappel : tristesse, contrariété, honte), au bout d’un moment je penserais cependant que c’est un mal nécessaire pour que je fasse mon ménage. C’est à ce moment là que mon envie d’avoir une maison propre tourne à l’obsession. Et je pense que vous avez tous un exemple en tête d’un sujet qui devient une obsession (cela peut être le travail, votre rôle de parent ou simplement l’envie de sortir de chez soi).

Dans le cas contraire, on pourrait penser parfois qu’il suffit simplement d’abandonner, de baisser les bras sur la situation qui nous tient à coeur. Dans mon exemple, c’est comme si je me disais « ce n’est pas grave si ma maison est sale ». Or, ce n’est pas ce que je veux car après tout je ne veux pas arrêter de faire du ménage. Et puis surtout selon la situation, cela paraît impossible d’y arriver. 

Cependant, il y a une autre façon de voir les choses qui n’est ni de persévérer dans son obsession, ni de totalement l’abandonner. Des pensées constructives qui m’ont aidé à prendre certaines situations avec du recul tout en continuant à me motiver. 

 

Lâcher prise c’est accepter de ne pas tout contrôler 

 

Pendant longtemps j’ai cherché comment je pouvais lâcher prise. Et je ne voyais pas ce qui aujourd’hui est devenu pour moi une évidence. Je suis en effet ce qu’on appelle communément une grande maniaque du contrôle. Je cherche à contrôler mes émotions, mes pensées mais aussi parfois mon entourage ou encore les événements qui peuvent m’arriver.  

Pour mon exemple du ménage, cela se traduisait par le fait que j’avais envie de « contrôler » les personnes avec qui je vis, contrôler le fait que ces personnes parfois ne rangeaient pas ou ne nettoyaient pas derrière elles quand elles salissaient la maison. Bien sûr, dit comme ça, cela parait ridicule mais je pense que vous avez déjà eu une dispute avec votre conjoint ou conjointe au sujet des chaussettes sales par terre ou de l’assiette utilisée sur le plan de travail au lieu d’être dans le lave-vaisselle. 

Le fait de se dire que la maison ne peut pas toujours être 100% propre et rangée paraît évident pour certains car on ne peut pas empêcher les enfants de la salir, le chéri de laisser trainer ses chaussettes sales par terre ou encore notre animal de compagnie de faire des bêtises. Cependant, pour d’autres, et pour moi à un moment donné, ça ne l’était pas. C’est en effet très dur de se dire qu’on ne peut pas tout prévoir, tout organiser, tout anticiper, tout contrôler. Qu’il y a certaines choses qui sont en-dehors de notre pouvoir même si nous faisons tous les efforts du monde. 

 

Pourquoi en lâchant prise on prend confiance en soi? 

 

L’effet pervers du fait de vouloir tout contrôler, c’est que bien sûr on n’y arrive pas toujours. Quand on y arrive, on a une super poussée de confiance en soi, on se surestime en quelques sortes car on se dit qu’on a dompté l’univers (enfin c’est une image mais vous voyez ce que je veux dire). Mais quand on échoue (ce qui arrive la plupart du temps bien entendu), on se met plus bas que terre et on perd totalement confiance en soi et en ses capacités. En clair, plus on a envie de tout contrôler et plus on perd confiance en soi. 

C’est au contraire en lâchant totalement prise, en se disant qu’il y a des choses pour lesquelles on ne peut rien contrôler, en se remettant à notre juste place dans l’univers, qu’on reprend confiance en soi. Pour le ménage, c’est le moment où je me dis, « oui bon ok, la maison ne peut pas toujours être 100% propre et rangée, on vit dans cette maison donc il y a forcément de la saleté et du bazar qui vont et viennent ». C’est à ce moment là où je me dis que je ne peux pas contrôler les gens qui vivent avec moi, que je ne peux pas empêcher la poussière de se déposer sur ma télé ou la crasse de s’accumuler derrière mon frigo. 

Il me suffit donc de détourner ma pensée en me disant par exemple, que j’aime quand ma maison est propre et rangée, cependant elle ne peut pas l’être tout le temps et qu’elle reste pour autant accueillante et chaleureuse car les gens qui y sont à l’intérieur sont gentils et généreux et prêts à ouvrir leur porte aux amis et à la famille qui vient. 

 

Et c’est cela que j’ai envie de vous suggérer aujourd’hui afin de mieux appréhender le contexte actuel. Le fait qu’il y ait certaines choses qui sont en-dehors de notre contrôle, certaines choses pour lesquelles vous n’aurez aucun pouvoir. Et pour autant l’accepter n’est pas abandonner. Peu importe votre « obsession », que ce soit le travail, un projet, un confinement, vous ne pourrez pas empêcher les obstacles d’intervenir. Mais vous pouvez simplement vous y adapter afin de continuer à avancer vers votre but.

 

Et vous, quelle est/quelles sont la ou les situation(s) pour laquelle/lesquelles vous avez du mal à lâcher prise? 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s